Roseraie (1)
Une roseraie verticale à Pole
Universitaire des Sciences de Gestion
Université de Bordeaux III
Mission complet 2005-2009

Maître d’ouvrage
Ville de Bordeaux

Programme - Surface
Conception et réalisation de la roseraie verticale
+ suivi de la roseraie sur les premières années (en cours)
45 000 m2 ; 700 rosiers grimpants

Coût
Roseraie : 300 000 Euros
Bâtiment : 20 000 000 Euros

Paysagiste
Cyrille Marlin

Architectes
Lacaton & Vassal

Lors du concours pour le futur Pôle Universitaire des Sciences de Gestion à Bordeaux, les architectes ont proposé la mise en place d’un jardin vertical de roses le long des façades. Ils me demandent de concevoir et réaliser ce jardin pour l’université Bordeaux III (Superficie du bâtiment : 45000m2)

Élément de réponse 1 :
Deux contraintes imposent des conditions inhabituelles pour la bonne résistance des rosiers :
-Le poids maximal supporté par les balcons métalliques supportant les bacs implique que la terre choisie ne soit pas une terre lourde comme le rosier l’aime mais un mélange léger.

Roseraie (2)
-La hauteur des bâtiments en R+4 et les orientations multiples qui induisent des conditions climatiques très variables (vent, ensoleille- ment...) en fonction de l’emplacement de chaque rosier.
Devant le stress que ces contraintes induiront sur les rosiers, et devant l’absence d’exemple d’une telle plantation verticale, je propose de considérer l’opération comme un jardin d’expérimentation sur les rosiers grimpants. C’est-à-dire, d’en faire un lieu d’expérimentation de variétés de rosiers pour les conditions difficiles.

Elément de réponse 2 :
Rencontre avec le chercheur sur les variétés de roses de Meillan Richardier afin d’établir un partenariat scientifique sur la question.
Au lieu de 2 variétés de roses proposées par diverses entreprises de paysage, nous finissons par sélectionner une quinzaine de variétés dont 5 semblent extrêmement résistantes aux conditions difficiles. Bien que les 10 autres soient résistantes, il est nécessaire de les expérimenter pour en savoir plus.

Roseraie (3)
Elément de réponse 3 :
Le choix des variétés est aussi motivé par une floraison de la roseraie la plus étendue dans le temps. Pour tenter de visualiser l’apparence de la roseraie dans le temps, je dresse un tableau des floraisons au cours de l’année qui me donne un élément pour la répartition des rosiers sur les façades.

Roseraie (4)
Elément de réponse 4 :
En fonction de leur degré de résistance plus ou moins connu, je donne aux rosiers les emplacements sur les façades soumis à des conditions plus ou moins difficiles (orientation, vent, lumière...). J’essaye cependant de les répartir aussi en fonction d’inconnues, notamment concernant le fleurissement au nord ou dans des conditions lumineuses plus faibles (bas de patios) pour les tester. L’idée est d’observer le comportement de chaque variété pendant les premières années du jardin afin d’arriver à la disposition optimale des rosiers sur les façades en fonction de leur besoin et de leur capacité à s’adapter à des conditions difficiles.
Je dispose de plus les rosiers considérés a priori comme les plus fragiles sur des emplacements rendant possibles des formes d’attachement singulier de la part des usagers des bâtiments (bureaux, terrasses...)

Roseraie (5)
Elément de réponse 5 :
Comme pour tout jardin, ce qui importe le plus, c’est la manière dont il va être jardiné et entretenu. De la qualité du rapport « affectif » qui est instauré entre un jardin, ses destinataires et ses jardiniers dépendra la dynamique de vie du jardin ou au contraire son abandon relatif. Pour éviter la situation d’entretien minimum et affection zéro qui caractérise certaines plantations d’espaces publics, je propose de mettre en place une mission paysagère de suivi de la roseraie pendant deux ans, pour d’une part procéder moi-même aux expérimentations d’emplacement et d’autre part mettre en place le système de relation qui fera vivre le jardin comme un vrai jardin. La mission est acceptée après 1 an et demi d’entretien purement administratif de la roseraie. La roseraie et son entretien sont actuellement en cours d’équilibrage et d’optimisation. 8 mois seulement après le début de mission de suivi et de réflexion sur l’optimisation des opérations de jardinage, la roseraie commence à réellement prendre forme.

Roseraie (7)
Roseraie (8)