Réfectoire (1)
Réhabilitation de la maison de
St Thérèse de Lisieux à
Saint-Ouen-le-Pin et construction d’un réfectoire à l’usage des pèlerins.
Etude 2010

Maître d’ouvrage
Privé

Programme - Surface
réfectoire 300 m2
maison 110 m2
jardin 800 m2

Coût
700 000 € ht

Equipe
Anna Chavepayre et Loïc Thiénot

“Après ma mort je ferai tomber une pluie des roses.”
Sainte Thérèse de Lisieux


Réfectoire (2)
Saint Ouen le Pin est un petit hameau niché dans le bocage du pays d’Auge à sept kilomètre de Lisieux.

La maison de Sainte Thérèse est une bâtisse en brique pleine de charme. Elle est située au lieu dit du Manoir Gosset.

La propriété comprend, outre la maison, un jardin en pente vers le sud. Elle est bordée à l’est et au sud par une propriété privée et à l’ouest par une petite route de campagne.

L’ensemble offre un cadre champêtre calme, propice à la méditation et à une approche dépouillée de la figure de Sainte Thérèse.

Réfectoire (3)
Le temps d’un pèlerinage
Les pèlerins qui viennent passer quelques heures à Saint Ouen le Pin, ont la possibilité de visiter la maison de Sainte Thérèse, son jardin de roses et aussi de faire un pèlerinage jusqu’à l’église où la Sainte allait prier.

Une jolie route de campagne, qui serpente sous les arbres, amène doucement les promeneurs, après avoir franchit la rivière, jusqu’à l’église de Saint Ouen le Pin.
En chemin, ils peuvent apercevoir un joli calvaire et le manoir Gosset dont il existe plusieurs dessins de la main de Sainte Thérèse.

De retour à la maison, des services (sanitaires, rafraîchissements, etc...) sont proposés aux pèlerins dans le nouveau bâtiment. Ils peuvent se reposer, se restaurer, assister à une conférence ou voir une exposition consacrée à la Sainte.

Réfectoire (4)
Le réfectoire est un lieu d’accueil pour les pèlerins qui viennent visiter la maison.

Le programme comprend (outre l’aménagement d’un parking) :

1 - l’aménagement du jardin
2 - la réhabilitation pour la visite de la demeure de sainte Thérèse
3 - un patio
4 - la construction d’un réfectoire enterré comprenant : accueil, sanitaires et restauration.

Réfectoire (5)
1 - Le patio est accessible directement depuis la rue. Un déambulatoire permet une circulation périphérique et  la desserte du réfectoire, des sanitaires et de l’accueil.
Depuis l‘accueil, un bénévole organise la visite de la maison, par petit groupe, en empruntant la rampe qui mène au jardin.

2 – Déambulation à travers le jardin :
un temps avant la visite maison.

3 – Visite la maison de Sainte Thérèse.

Réfectoire (6)
L’entrée vue depuis la rue
Nous profitons de la pente entre la maison et le bas du jardin pour enterrer le réfectoire. Non pas pour cacher le réfectoire mais pour faire disparaitre les 100 pèlerins qui arrivent parfois par bus. Pour préserver la silence et les chants des oiseux dans le jardin.

L’entrée est tout à fois accueillant et discret.

Réfectoire (7)
Le jardin est un écrin de roses pour la maison.
Les rosiers plantés là forment un labyrinthe vu du ciel. Ce labyrinthe propose des temps différents au visiteur : Des niches où le visiteur peut s’asseoir à l’abri du vent, du bruit et des regards. Des vues qui sont ménagées au loin sur la campagne ou vers la maison. La possibilité est donnée d’une déambulation au grès de l’humeur de chacun.
Cette promenade est un temps d’approche, d’appropriation de la maison par une marche au milieu des roses. Le jardin devient un temps pour la pensée.

Réfectoire (8)
Vu depuis la maison, le réfectoire est invisible.

Réfectoire (9)
La maison est restaurée avec délicatesse, elle n’est pas aménagée mais elle est laissée vide afin que chacun puisse l’investir.
La rénovation est légère. Elle consiste principalement à effacer les traces d’occupation trop récente, reprise de certaines fenêtres “à l’ancienne“, grattage des peintures, suppression des sanitaires. Le bâtiment est assainit de façon à le conserver et à en permettre la visite : reprise de certaines marches de l’escalier en chêne, installation “invisible“ de radiateurs, luminaires, prises de courant pour le ménage et vidéo projecteurs…  Toutes ses interventions sont invisibles pour le visiteur.
Le lieu est une évocation. Par la pensée, la sensation ou la prière, il permet à chacun à sa façon, d’établir une relation avec la sainte.

visite de la maison :
1 - la pièce principale, entrée par la porte sur rue.
2 - La cuisine.
(Lors de la montée par l’escalier la porte de la chambre de Sainte Thérèse reste fermée.)
3 - le palier haut.
4 - la chambre des parents.
(Une porte sera percée entre le palier et la chambre de Sainte Thérèse de façon à éviter que les visiteurs ne se croisent dans le petit escalier.)
5 – la chambre de Sainte Thérèse.

Réfectoire (10)
Le patio s’inscrit dans la tradition des cloîtres qui jalonnent l’histoire de l’architecture religieuse. Il est à la fois un déambulatoire et un lieu de repos où chacun assis autour du vide peut se sentir à la fois seul et ensemble.
En chine les patio sont appelés “puits du ciel“. Le patio amène la lumière au cœur du bâtiment. Il recèle un point d’eau qui grossit l’hiver, lorsque le patio est inoccupé, jusqu’à envahir presque tout l’espace. Il devient alors un miroir du ciel et produit une lumière riche, faite de reflets et de réverbération qui se réfléchit jusqu’au cœur du bâtiment. L’été, il se vide jusqu’à n’être plus qu’un minuscule point de fraîcheur afin de laisser la place aux pèlerins qui souhaitent manger dehors.

Réfectoire (11)
1 - préau extérieur
2 - patio
3 - accueil
4 - déambulatoire
5 - sanitaires
6 - réfectoire
7 - service
8 - réserve
9 - feux
A – maison de Sainte Thérèse
B – grange mitoyenne

Réfectoire (12)
1 - Le réfectoire, l’été, aménagé en salle de restauration pour 138 personnes assises.
2 - Le réfectoire, l’hiver, aménagé en salle de conférence pour 180 personnes assises.
Pour que l’ambiance du lieu soit la plus agréable possible, des panneaux acoustiques sont placés dans le plafond. Le traitement acoustique du réfectoire est particulièrement soigné.
3 – Détail d’éclairage naturel du réfectoire.
Des puits de lumières sont ménagés dans le plafond du réfectoire. Ils apportent une lumière zénithale qui allège l’espace et lui donne toute sa qualité. Ce sont des pyramides qui prennent peu de place aux roses dans le jardin et amène le maximum de lumière dans le réfectoire. La surface de ces pyramides est toute de réflexion et diffraction lumineuse.

Réfectoire (13)
Le Réfectoire
Des puits de lumières sont ménagés dans le plafond du réfectoire. Ce sont des pyramides qui prennent peu de place aux roses dans le jardin et amène le maximum de lumière dans le réfectoire. Le plafond et la structure sont fins et légers comme la dentelle.