Moulin de Habas (1)
Etude paysagère
Espace naturel sensible du
Moulin de Habas, Bayonne
Etude paysagère - 2004

Maître d’ouvrage
Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

Programme - Surface
Diagnostic écologique et paysager de l’ENS (Espace Naturel Sensible)
90 ha.

Équipe associée
Oréade-Brèche : naturaliste
La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO)

Diagnostic écologique et paysager de la forêt du Moulin de Habas :
La zone du Moulin de Habas fait partie du réseau des Espaces Naturels Sensibles du département. Le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques nous demande, par un diagnostic écologique et paysager, de confirmer ou d’infirmer la pertinence de la mise en place d’un périmètre de préemption.

Moulin de Habas (2)
Élément de réponse 1 : l’étude d’un espace sous l’angle du paysage : méthode.
Une étude de paysage doit rendre compte des différents modes d’appréciation d’un espace : les modes d’appréciation passés, présents et possibles. Elle doit essayer de reconstituer le ou les regards des hommes du passé et des hommes d’aujourd’hui. Ce que la quasi totalité des individus ont pu et peuvent contempler en tel endroit et les conséquences sur son aménagement, les manières de l’utiliser et de le parcourir.
Pour cela, le paysagiste doit chercher à rendre compte à la fois des modalités actuelles de perception de cet espace (comment on peut le parcourir, l’expérience sensible que l’on en fait aujourd’hui) et à la fois des grilles d’appréciations qui ont servi ou servent à l’appréhender (comment on le parcourait, quelle expérience sensible on en avait, quelles images on s’en est fait et on s’en fait...).

Pour faire apparaître ces deux plans à la fois, dans le cas de l’espace de la zone sensible du Moulin de Habas, nous avons imaginé une méthode d’investigation et de représentation.
Elle consiste en deux opérations :
1. D’une part, parcourir le territoire en tentant de restituer l’expérience que l’on peut en faire et les qualités sensibles de ces parcours ;
2. Et d’autre part, chercher à restituer la parole de personnes concernées par cet espace : ceux qui y habitent ou y travaillent et ceux qui, même s’il n’y habitent pas, sont impliqués de près ou de loin dans sa gestion et son aménagement (décideurs, spécialistes...).

Moulin de Habas (3)
Autrement dit elle consiste à :
1. Chercher d’une part à saisir la manière dont on fait l’expérience de l’espace observé aujourd’hui ;
2. Et d’autre part à saisir la manière actuelle dont on en parle.

Pour rendre compte de ces données, nous avons imaginé deux types de documents :
1. Le récit de parcours sensibles faits dans la zone sous forme de “cartes paysagères” (associations de photos sélectionnées et agencées de manière à faire apparaître un sens, des orientations de lecture de l’espace en question).
2. Le “récit” des paroles prononcées à propos de la zone, sous forme de témoignages oraux ou écrits (association de fragments dans ce qui est dit, sélectionnés et agencés de manière à faire apparaître des sens de lecture de l’espace en question).

Nous avons regroupé l’ensemble de ces documents sous le titre : 11 vues du Moulin de Habas, parce que leur vocation est de schématiser comme un tableau, une “vue”, les données de l’expérience sensible et les modes d’appréciation de cet espace. Ces vues cependant, au lieu d’être des tableaux, prennent la forme de récits, de parcours ou de paroles dans et sur la zone observée.

Moulin de Habas (4)
Élément de réponse 2 : les « campagnes » successives.
Les parcours sur le lieu, les discussions et promenades avec habitants et non-habitants, ainsi que la fabrication des 11 vues du Moulin de Habas ont permis de reconstituer une petite histoire du regard sur le site. Le site de l’ENS est, encore aujourd’hui, un site de campagne. Mais de quelle campagne s’agit-il ? Comment l’avons nous regardée et utilisée dans le passé. Comment la regardons-nous et l’utilisons-nous aujourd’hui ?

Les 11 vues du Moulin du Habas montrent, sous forme d’itinéraires sensibles et de paroles, quatre images ou quatre paysages de campagne plus ou moins actuels, superposés sur le même espace.

-Une campagne-parc paysager ou campagne pittoresque (passé)
-Une campagne d’exploitation (passé et présent)
-Une campagne sauvage, en cours d’abandon, de périphérie de ville (actuel)
-Une campagne sauvage, en évolution, ré-agencée par les dynamiques naturelles (actuel) .

Moulin de Habas (5)
Ces quatre paysages de campagnes ont donc fait l’objet d’une description précise qui rendait compte des modes de relation des habitants aux différents éléments naturels qui les sous-tendaient ainsi que des modes de transformation de l’environnement qu’ils ont impliqué. La mise en évidence de ces campagnes successives a permis de rendre compte du « sens de l’évolution du lieu » sur lequel il serait possible de s’appuyer en terme de décision de gestion ou d’aménagement.

Moulin de Habas (6)
Moulin de Habas (7)
Moulin de Habas (8)
Moulin de Habas (9)