Jardin Hane (1)
Jardin individuel, Hane, île de Shikoku, Japon
2001-2003

Programme-surface
Jardin des libellules200 m2

Maitre d’ouvrage
famille Sakamoto

Equipe
Cyrille Marlin, M. et Mme Sakamoto, M. et Mme Tamura, M. et Mme Kawashima, M. Nakaoka

Commande d’un jardin :

Un jardin existe déjà depuis 30 ans. Les commanditaires ont vieilli et ne veulent plus entretenir le jardin autant. Ils me demandent donc de « retirer la nature » du jardin en partie. Le jardin est dans un village entouré des rizières, de la mer et des montagnes. Le climat est subtropical humide et la végétation abondante dans la région pousse très vite. Le village est au bord d’un parc national naturel (Muroto). La dame aime les libellules et les roses. Elle me demande de faire un “jardin à la française” et d’aménager son petit potager de manière à ce que ce soit plus facile à cultiver.

Jardin Hane (2)
Elément de réponse 1 :
Je propose d’aménager le jardin en empruntant des éléments à une certaine image des jardins français traditionnels et à une certaine image des jardins japonais traditionnels.

Elément de réponse 2 :
Je propose trois éléments susceptibles de donner au jardin une allure de jardin fait par un occidental :
Un petit champ de rosiers choisis de manière à ce que leurs noms soit exclusivement des noms de femmes : Madame Butterfly, lady Diana, Princesse de Monaco…

Des bancs de jardin public.

Une montagne miniature symbolisant une montagne des Pyrénées françaises, le pic du Midi d’Ossau.

Jardin Hane (3)
Elément de réponse 3 :
Je propose d’aménager le jardin comme un lieu susceptible d’engendrer des sujets de conversations inhabituels mais ordinaires comme c’était le cas dans certains types de jardins japonais anciens.
J’introduis 10 libellules de 30 cm de longueur et 50 d’envergure que je positionne apparemment “naturellement” à divers endroits du jardin.

Je moule l’empreinte de la plus grande feuille du jardin sur le béton du chemin d’entrée du jardin.

J’inscris sur des pierres le nom de chacun des membres de la famille et des proches voisins. Le nom est écrit en alphabet romain. Chaque pierre est choisie avec un signe reconnaissable de la personne. Par exemple, la pierre de la grand-mère est très creusée comme un visage ridé. La taille des pierres rappelle celle des personnes (bébé, embonpoint…). Je dispose les pierres dans le jardin en établissant des relations entre certaines d’entre elles. Par exemple, la pierre de la grand-mère est posée à côté de celle de son fils, chef de famille, au pied d’un oranger qui rappelle le champ d’orangers que cultivait le grand-père défunt…

Je reproduis la forme d’une montagne française en miniature dont la localisation d’origine fait l’objet de conversations.

Jardin Hane (4)
Elément de réponse 4 :
Je propose de remplacer l’herbe et les plantes qui recouvrent la plus grande surface du jardin par des pierres comme c’est le cas dans  certains jardins anciens au Japon. Je démultiplie les types de surface au sol : plus ou moins souples et plus ou moins rugueuse… Je découpe des zones d’herbes dans la pelouse existante que je conserve comme passage souple. Je recycle des briques d’un ancien jardin enfouie dans la terre en bout de chemin dur. Je déplace cinq grosses pierres d’un jardin voisin abandonné pour en faire des pierres de passage. J’incruste des galets ramenés de la plage proche dans des disques de béton qui encerclent chaque arbre du jardin et un arbre à venir. A la traversée du jardin, les variations tactiles sont importantes. Je différencie aussi des zones de passage aisées et d’autres qui le sont moins (pierres étroites, petits cailloux susceptibles de bouger sous les pieds…) La plus grande surface du jardin est recouverte de petits cailloux blancs de 2 cm de diamètre qui éclaircissent le jardin de nuit. Il peut être vu sous la lumière de la lune.

Jardin Hane (5)
Eléments agencés dans le jardin :

-les arbres et plantes déjà existants,

-un champ de roses aux noms de femmes,

-10 libellules en béton et métal perforé, (original sculpté en bois et moulé)

-20 carpes en porcelaine,

-l’empreinte de la plus grande feuille sur le sol du passage en béton,

-des cailloux blancs,

-des galets ramenés de la plage à 50 mètres de là,

-des gouttes de pluie géantes, en béton et galets, tombées sur chaque arbre du jardin,

-un potager,

-une montagne des Pyrénées miniaturisée en béton sur les gravats et la pelouse extraits du jardin existant,

-cinq grandes pierres de passage récupérées dans le jardin d’un voisin,

-des zones de passage en briques, récupérées dans le sol du terrain,

-des zones de passage en herbe, découpées dans la pelouse existante,

-de la mousse, des fougères.